1.
HISTORIQUE


Animé du souci permanent de doter la République Démocratique du Congo d’une autonomie stratégique en matière de défense, le Président de la République, Chef de l’Etat et Commandant Suprême des Forces Armées, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE a toujours insisté sur la primauté du triptyque formation – équipements - infrastructures.

S. E. Monsieur le Président de la République
Joseph KABILA KABANGE
(2001 - 2019)

Cette vision a été reprise dans le vaste programme de la Réforme des Forces Armées de la République Démocratique du Congo lancé depuis 2011 . Réunir ces trois piliers dans un même projet revenait concrètement à faire du premier – à savoir la formation – l’élément majeur à partir duquel devrait se réaliser ladite vision.

Voilà pourquoi, convaincu de la nécessité de doter les Forces Armées de la RDC d’une école de guerre et de stratégie à vocation sous-régionale (CEEAC), africaine voire mondiale, le Président de la République avait alors confié en 2015 au Général d’Armée Didier ETUMBA LONGILA, Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, la mission de créer le Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense, CHESD en sigle.

Le Chef d’Etat-Major Général des FARDC
Didier ETUMBA LONGILA
(2008-2018)

Assez rapidement et afin de donner corps au projet, un groupe de travail a été constitué à l’initiative du Général d’Armée Didier ETUMBA LONGILA. Visionnaire averti, ce dernier s’est entouré du Général de Corps d’Armée (2S) Gilles ROUBY et du Colonel (2S) Peer de JONG, deux grands experts de l’Institut français "The Management Institute of International Security", THEMIIS en sigle. A l’issue du travail de cette équipe, le projet était structuré et prêt à être mis en œuvre. Plus tard, dès juillet 2018, la tâche incombera au Lieutenant Général Célestin MBALA MUNSENSE, nommé Chef d’Etat-Major Général en succession du Général Didier ETUMBA LONGILA parti à la retraite, de continuer à faire grandir le CHESD parvenu à sa 3e promotion.

Le Lieutenant-Général Célestin MBALA MUSENSE
Chef d’Etat-Major Général des FARDC
(2018 à nos jours)

Mais avant cela et sous l’instigation du Ministre de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion, Son Excellence Monsieur ATAMA TABE MOGODI, et du Général Didier ETUMBA LONGILA, le 05 janvier 2016, le CHESD avait officiellement vu le jour avec le démarrage de la formation de la première promotion. Un contrat confiant le coaching académique à THEMIIS fut alors signé entre le Ministère de la Défense, Anciens Combattants et Réinsertion et THEMIIS en date du 27 janvier 2016. Et pour coordonner l’encadrement de la promotion, le Général Bernard DARTAGUIETTE fut nommé Directeur Académique et Commandant intérimaire du CHESD jusqu’à la fin de son mandat en juillet 2017.

Le Général Bernard DARTAGUIETTE
Directeur Académique et Commandant par intérim du CHESD
(2015-2017)

Après que le Ministre de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion ait posé la première pierre le 29 janvier 2016 pour matérialiser la vision du Président de la République, Chef de l’Etat et Commandant Suprême des Forces Armées, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, le Génie militaire des FARDC lança la construction des infrastructures du CHESD sur l’emplacement de ce qu’était la Base Autonome de Réserve Opérationnelle de l’armée coloniale.

Le Gouvernement de la République, quant à lui, finança entièrement la réalisation de tous les travaux sur fonds propres. L’érection du prestigieux complexe du CHESD manifestait ainsi la volonté du Chef de l’Etat d’inscrire dans la durée la matérialisation de sa vision de l’excellence.

La première promotion du CHESD autour du
Ministre de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion
(Janvier 2016)

Dans la perspective de donner une assise administrative et juridique à l’institution qui venait de naître, le Ministre de la Défense Nationale procéda en date du 15 avril 2016 à la signature de l’Arrêté Ministériel N°MDNAC-R/CAB/006 portant organisation et fonctionnement du Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense.

Lors du démarrage de la première promotion le 5 janvier 2016 dans les locaux de la Première Zone de Défense, le CHESD accueillit 28 officiers, tous généraux congolais. Dix mois après le début de leur formation, ils étaient proclamés diplômés du Collège le 7 octobre 2016. Ils venaient ainsi d’écrire la première page de l’histoire de l’institution en devenant ses premiers diplômés.

Le Général-Major Gédéon KIBONGE MULOMBA
Commandant du CHESD
(du 17 Juillet 2017 au 26 Décembre 2018)

Colonel DSD Marcel LUKWIKILA METIKWIZA
Commandant en second du CHESD
(de Juillet 2017 au Juillet 2018)

C’est fort logiquement que le Président de la République, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, se retourna vers ce premier vivier de stratèges congolais de haut niveau lorsqu’il désigna le 17 juillet 2017 l’Ordonnance N°17/057 nommant le Général-Major KIBONGE MULOMBA Gédéon premier Commandant congolais du CHESD en remplacement du Général Bernard DARTAGUIETTE. Le Colonel LUKWIKILA Marcel fut nommé Commandant en second dans la même Ordonnance.

GenBde Claude Constantin ILUNGA KAPAMBU
Commandant du CHESD
(de décembre 2018 à nos jours)

GenBde Sam KABILA MUKOMBI
Commandant Adjoint du CHESD
(de Janvier 2019 à nos jours)

Le commandement du Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense est assuré par les Généraux de Brigade Claude Constantin ILUNGA KAPAMBU et Sam KABILA MUKOMBI.

La deuxième promotion du CHESD avec le chef de l’Etat
Joseph KABILA KABANGE
(Juillet 2017)

A la fin des travaux de construction réalisés en un temps record, le Président de la République, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE présida le 28 juillet 2017 une importante cérémonie rehaussée par la présence de hautes personnalités politiques et diplomatiques, tant civiles que militaires. Ladite cérémonie avait une double portée : non seulement elle célébrait l’inauguration du nouveau complexe du Collège, mais elle marquait aussi la fin de la deuxième session ordinaire du CHESD. Celle-ci avait vu 45 auditeurs, dont 18 Officiers Généraux et 27 Colonels, démarrer leur formation le 17 Octobre 2016. Une nouvelle page venait d’être écrite dans le livre de l’histoire de la haute formation en stratégie de sécurité et de défense en Afrique.

La coupure du ruban symbolique par S. E. Monsieur le Président de la
République Joseph KABILA KABANGE,
le 28 juillet 2017

Désormais riche de l’expérience de ses deux premières promotions et doté d’infrastructures dignes d’un haut lieu de formation académique, d’analyse scientifique et de recherches stratégiques, le CHESD se sentait prêt à procéder à sa mue sertie d’ambitions régionales et civilo-militaires telles qu’articulées dans l’Arrêté Ministériel.

En effet, la troisième promotion de la session ordinaire ouverte le 31 octobre 2017, accueillait non seulement 43 Généraux et Colonels de la RDC mais également 2 hauts officiers de la République du Congo et 2 autres de la République Centrafricaine.

La troisième promotion du CHESD sur le perron du bâtiment central
(Octobre 2018)

En outre, dès le 19 janvier 2018, ces 47 hauts officiers souhaitaient la bienvenue à 76 auditeurs hauts cadres civils et de la police qui constituaient le groupe de la première session spéciale du CHESD. Parmi eux on comptait des parlementaires, des ministres ainsi que le directeur de cabinet du président de la République.

Une semaine plus tard, le 19 janvier 2018, et dans la dynamique de cette double ouverture du CHESD, le Secrétaire Général de la CEEAC, les Ministres des Affaires Etrangères et de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion signaient le protocole labellisant le CHESD « Centre d’Excellence Stratégique Régional de la CEEAC et de l’Union Africaine ». Une étape du double rayonnement du CHESD venait d’être franchie : vers des instances africaines et vers le monde civil.

La labellisation du CHESD comme
« Centre d’Excellence Stratégique Régional de la CEEAC »
(Janvier 2018)


2.
LE CHESD, UNE HAUTE INSTITUTION CONGOLAISE ET AFRICAINE


Le Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense est le plus haut établissement d’enseignement militaire dans les domaines de sécurité et de défense en République Démocratique du Congo. Il est chargé d’assurer la formation postuniversitaire des hauts cadres tant civils que militaires, nationaux et étrangers.

Tout en affirmant son identité congolaise et son ambition régionale en tant qu’école de guerre, le CHESD s’est largement inspiré des modèles français, belge, américain et chinois d’institutions militaires supérieures de troisième niveau. Il est ouvert à l’Afrique et au monde.

Dans ses références internationales comme haute institution de formation et de recherche stratégiques dans les domaines de sécurité et de défense, le CHESD a rapprochés on programme du Centre des Hautes Etudes Militaires (CHEM) et de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) français. A ce double titre, il propose des enseignements de niveau politico-stratégique dans une approche globale ou holistique.

Le niveau élevé d’exigence pour la qualité de ses enseignements et des recherches réalisées par ses auditeurs prédispose le CHESD à doter ces hauts cadres civils et militaires de compétences de décideurs de premier plan :

  • Aptitude au management global des risques et des programmes internationaux ;
  • Capacité d’acteurs majeurs de sécurité mondiale et de décryptage des enjeux stratégiques mondiaux ;
  • Expertise dans la promotion de la défense et de la sécurisation des populations ;
  • Leadership dans la résolution des crises et des opérations interarmées et multinationales ;
  • Aptitude à jouer un rôle décisif dans la planification des opérations militaires de niveau opératif et stratégique.

Ces qualités et exigences professionnelles constituent le socle de la devise même du CHESD : "Vision pour l’excellence".


3.
MISSIONS ET OBJECTIFS DU CHESD


Instruit par de multiples invasions et attaques, par des conflits armés et des menaces anciens et récents dont a été victime la République Démocratique du Congo, le Président de la République, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE a entrepris le vaste programme de la Réforme des FARDC en dotant la nation d’une institution cruciale. Celle-ci vise à se prémunir contre les futurs possibles et à construire l’autonomie stratégique nationale.

Haut lieu du savoir, le CHESD a pour objectif la formation à la réflexion prospective et à la recherche approfondie sur les questions stratégiques de sécurité et de défense en RDC, en Afrique et dans le monde.

Pour atteindre cet objectif, le programme du CHESD est structuré en deux types de sessions : les sessions ordinaires et les sessions spéciales. Leurs missions allient formation, recherche, complémentarité et synergie.

  1. Missions des sessions ordinaires
  2. Les sessions ordinaires du Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense s’attèlent à assurer une formation multidisciplinaire et transversale à des Officiers Généraux et Colonels à haut potentiel notamment dans les domaines ci-après :

    • politique sécuritaire des institutions africaines ;
    • sécurité mondiale, défis sécuritaires et développement d’une démarche d’anticipation et des réponses face aux enjeux stratégiques ;
    • définition et mise en œuvre d’une politique de défense, reforme, développement des standards, critères d’interopérabilité ;
    • disponibilité de servir la nation : forger l’esprit de défense, renforcer l’application du droit et susciter l’adhésion à la défense de la nation ;
    • approche globale des crises et des opérations aux niveaux interarmées, interministériel et multinational ;
    • planification et conduite des opérations militaires aux niveaux stratégique, opératif et tactique.

    Cette formation in situ peut être accompagnée des missions ou des voyages d’études sur terrain, que ce soit sur le territoire national ou à l’étranger.

    Les auditeurs de la 3ème promotion dans la salle des cours

    Les compétences ainsi acquises confèrent aux officiers auditeurs de cette session des aptitudes et des capacités telles qu’ils soient à même :

    • d’assumer les hautes responsabilités de planification, de décision et de conduite dans les états-majors inter-forces et internationaux;
    • de mener des études scientifiques et des recherches relatives à la veille, l’anticipation stratégiques et l’analyse prospective ;
    • de développer les stratégies, concepts et doctrines y affèrent ;
    • de contribuer à la mise en œuvre des décisions de portée stratégique.

  3. Les sessions spéciales
  4. D’une durée maximale de 60 jours répartis sur une période de 8 mois, les sessions spéciales sont le symbole de l’ouverture du CHESD au monde non militaire et à la prise en compte des questions de sécurité globale dans l’optique de renforcer l’esprit de défense.

    En organisant ces sessions spéciales, à destination des parlementaires, des hauts fonctionnaires de l’Administration Publique (Diplomates, Gouverneurs de Provinces, Hauts cadres des services de l’état, Hauts magistrats militaires), Officiers généraux de la Police Nationale Congolaise (Commissaires Divisionnaires) et certains scientifiques ainsi que des chercheurs intéressés par le domaine de la défense et de la sécurité , le CHESD leur confère une connaissance approfondie avec vocation de conduire et susciter des études stratégiques dans ces secteurs .

    Réunir les cadres supérieurs civils et militaires répond à un triple objectif. Il s’agit d’une part de leur offrir l’opportunité d’approfondir en commun leurs connaissances des questions de défense, de politique étrangère et d’économie de défense, en vue d’apporter des réponses attendues en matière de sécurité et de développement durables; et d’autre part, de les préparer à développer une approche commune et prospective, indispensable pour l’exercice de leurs responsabilités dans ces mêmes domaines. Enfin, ces rencontres contribuent à promouvoir et à diffuser l’esprit de défense, dans une perspective commune et consolidée.

    Les auditeurs de la première session Spéciale
    (Janvier 2018)

  5. Titres académiques
  6. Concernant les auditeurs de la session ordinaire, le cursus de formation est de dix mois. A l’issue de celle-ci, le CHESD octroie aux auditeurs un diplôme des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense où figurent les logos de la République Démocratique du Congo, du CHESD et de la CEEAC ainsi qu’un diplôme « Exécutive MBA » à tous les récipiendaires détenteurs d’au moins un diplôme universitaire de licence ou l’équivalent (école d’état-major ou école de guerre) et qui ont réussi.

    Quant aux finalistes de la session spéciale, le CHESD octroie un brevet d’Etudes de Stratégie et de Défense aux auditeurs qui ont satisfait aux critères de formation de la session spéciale.